Mes voyages, mes passions...

jeudi 12 avril 2012

des photos

DSC_0320drapeau de mes élèves au Cap Horn!  J'ai réussi les amis! :)

DSC_0665 Les glaciers!  Magnifique!

DSC_0984DSC_0275Je vais attaquer les lions de mer avec l'arme-lampe de poche `que ma mère m'a donné! :)

DSC_0466Les lions de mer.... On était proche... trop proche à mon goût!!! :)DSC_0378DSC_0362Les lions de mer nous encerclaient et notre voilier était là-bas! :)DSC_0519DSC_0547Je traverse une rivière avec mon cheval! :) Quel expérience incroyable!

Posté par ferly à 17:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Deuxième magnifique semaine de voyage!

Cette deuxième partie du voyage est tellement fantastique! Je manque de mots pour tout décrire. De plus, j’écris des petits bouts chaque jour alors, mon vocabulaire doit devenir redondant et je ne me relis pas, j’ai peu de temps pour écrire et des gens autour de moi alors, je m’excuse d’avance pour l’absence d’application du code zéro faute.
J’avais plusieurs objectifs personnels en venant ici. Le premier concerne mon amour de la mer et de la voile. J’avais envie de valider après une première expérience de rêve à Grenade que c’était bien la révélation que j’avais eu pour cette passion… est effectivement, j’adore ça! Je me disais pendant le voyage que j’aime tellement ça, je pourrais faire le tour du monde à la voile! C’est décidé aussi, je m’achète un voilier pour ma retraite! 
Deuxièmement, je voulais me dépasser personnellement et j’avoue que je suis fière de moi car ce n’est vraiment pas un voyage que je qualifierais de « facile ». à cause de facteurs climatiques( le froid, la pluie), de la vie en groupe, du confort rudimentaire (Je dors mal car le lit n’est pas confortable et humide), les conditions d’hygiène ne sont pas ce qu’on connait habituellement autant pour l’hygiène personnelle que les conditions de conservation de la nourriture… je ne vais pas développer plus cette partie mais il y a plein de petits facteurs qui peuvent devenir difficile à vivre. Malgré tout, je suis capable de m’adapter à plusieurs situations que je n’avais jamais vécues et j’en suis fière, je m’adapte! Ce n’est vraiment pas un voyage de pitoune de luxe! Je ne savais plus à quand remontait ma dernière douche!! Vive les lingettes!!
Troisièmement, et c’est une partie importante, je voulais réaliser des rêves de petite fille et admirer des choses que je souhaitais faire dans ma « wish list » , vous savez la liste de rêves que l’on a dans la vie et que l’on veut accomplir. Je pensais en naviguant à une phrase que j’avais recopiée dans mon agenda quand j’étais au secondaire, je crois qu’elle était de Brel, « Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques uns » et bien, j’en ai réalisé quelques uns cette semaine, chaque jour je réalisais un nouveau rêve, chaque jour m’a apporté de nouvelles surprise et de nouvelles découvertes et à chaque jour je me disais à quel point je suis chanceuse et je disais merci la vie!

Samedi 7 avril
Nous avons navigué toute la nuit en faisant des quarts en équipe de trois. Mon quart était de 3 heures à 6 heures du matin. J’ai mal dormi avant car je m’attendais toujours à être réveillée… ce ne fut pas un sommeil très réparateur. Je rêvais que je faisais mon quart, j’ai dû le faire 4 fois en rêve cette nuit là! Je taquinais les autres le lendemain en disant qu’il n’y avait que moi qui travaillais sur ce bateau là!  Lorsque je suis sortie sur le pont, c’était magnifique, la lune était pleine et elle éclairait beaucoup la mer d’une multitude de petites lueurs argentés qui faisaient scintiller les vaguelettes. La mer était calme. J’ai conduit le voilier et c’était une sensation de liberté incroyable dans le calme de la nuit. J’avais quasiment envie de détourner le bateau pendant que les autres dormaient!  Cap sur Grenade!! J’suis tannée de geler! ;)
Nous avons navigué pendant 70 miles nautiques, je crois qu’il faut multiplier par 1,8 pour savoir en kilomètres. Il y avait peu de vent alors on se déplaçait presque uniquement au moteur avec une moyenne de 4 nœuds… ça n’avançait pas vite! On a refait un petit somme après notre quart mais, nous nous sommes faits réveillés en arrivant près des glaciers et ça valait le coup! Le ciel était rose, la lumière était féérique, on apercevait déjà des bouts de glaciers entre les montagnes, et, ils étaient d’un bleu magnifique. La plus belle surprise nous attendait après le dîner, en arrivant dans le fjod, Soseno Pia, le glacier Guilcher, tr ès actif, nous a éblouit dès le départ par une animation inattendue. Il nous entourait de ces trois côtés d’un magnifique bleu et il chantait, craquait, grondait. Le son était magique. On entendait gronder comme du tonnerre et des bruits de craquements, on a vu un gros morceau se détacher du glacier dans un bruit de verre brisé et d’éclaboussures mais il a continué à gronder et, à notre plus grande surprise encore, une grosse paroi s’est détachée avec fracas pour tomber dans la mer en créant un tsunami, un p’tit mais tout de même… Des vagues venaient vers le voilier et nous cherchions après quoi nous tenir quand un de nos amis nous a dit de rester bien accroupis. C’était impressionnant! On a eu une petite montée d’adrénaline! La couleur du glacier était magnifique, un bleu d’azur! Je cherchais comment la définir et une des françaises ici m’a dit c’est bleu glacier!! Ben oui!! J’aurais dû penser à ça moi-même!!  On ne se lassait pas de l’admirer et il n’y a pas de mot pour décrire le spectacle grandiose auquel j’ai assisté. J’ai encore dit à Corinne que j’en avais pour mon argent! Ce fut ma journée préférée depuis le début du voyage. Nous sommes ensuite allés à la Caleta Beaulieu en face du glacier le Romanche pour passer la nuit. J’ai été avec Juju et Denys en zodiac chercher de la glace des glaciers pour mettre dans nos drinks! Rien de moins que de la glace millénaire!

Dimanche 8 avril
Ce matin j’ai enlevé les amarres avec Juju avant de partir. Nous partions en zodiac et je tenais le bateau pendant qu’elle détachait les amarres. C’était ma mission de la journée!  Nous avons eu une première belle surprise de la journée, deux baleines à bosse sont venues près du voilier et nous ont fait un spectacle. C’était fantastique! J’étais vraiment contente car j’espérais beaucoup en voir. Je voulais voir des glaciers et des baleines! Mes deux souhaits en deux jours! Elles sont restées longtemps avec nous. Il y a eu beaucoup de pluie aujourd’hui. On était trempés comme des canards. On a mis de la musique de Starmania et chanté sur le voilier sous la pluie battante. Ensuite, deuxième surprise, des otaries et des dauphins nous ont suivis en sautant à côté de nous. Ils étaient vraiment beaux. J’ai pris plein de photos. C’était un bonus à tous mes souhaits! Finalement, la cerise sur le sundae, en arrivant ici, à l’endroit de notre mouillage, la Caleta Coloane, nous avons été saisis par la beauté du paysage. Je manque de mot. C’est à couper le souffle! Je n’ai jamais vu un endroit aussi beau au monde! Nous sommes entourés de montagne, de glaciers, de dizaines de chutes d’eau et au pied des montagnes la végétation est luxuriante, c’est surprenant. Un vrai repère de pirates! Malgré le froid et le fait que j’étais toute mouillée, je ne voulais pas entrer tout de suite à l’intérieur du voilier. Nous avons pris un petit drink dehors en admirant le paysage et en nous disant combien nous étions chanceux d’être là!

Lundi 9 avril
Nous sommes repartis ce matin pour une journée de voile pour nous rendre à la Baie Caleta Olla près du glacier Hollanda. Il n’y avait pas de vent et beaucoup de pluie! Nous avons été lentement au moteur. Nous sommes arrivés vers 15h30 dans la Baie. J’avais vraiment envie de marcher et de bouger. Nous sommes partis à trois pour marcher vers le glacier malgré la pluie battante. Nous avons escaladé la montagne pour suivre la crête vers le glacier. Nous avons découvert un lac au pied du glacier. C’était très beau. La promenade m’a fait du bien. En revenant en zodiac nous avons eu la chance de voir des otaries. Elles étaient curieuses et sont venues tout près du bateau nous faire un beau spectacle. Je me croyais à Marineland avec des otaries domptées! Je ne sais pas pourquoi les animaux marins sauvages sont sensibles aux applaudissements et aux encouragements. On applaudissait et criait quand elles faisaient des pirouettes et elles en rajoutaient en pirouettant et culbutant de plus belle. Elles étaient tellement belles! Elles sortaient la tête et nous regardaient. Brice leur disait : Allez les filles, On continue, On ne se relâche pas!! On disait qu’elles comprenaient, elles continuaient leur chorégraphie!! C’était vraiment spectaculaire! Ensuite, nous avons été prendre un verre avec les français d’un voilier voisin qui mouillait dans la même Baie. Ils étaient sympathiques. J’ai rencontré une française qui avait 80 ans et qui faisait le Cap Horn! Elle ne parle ni anglais, ni espagnol et elle voyage seule ! Elle a fait l’Antarctique à 75 ans. Elle a commencé à voyager à 66 ans après la mort de son mari. Il n’est jamais trop tard pour réaliser ses rêves! 

Mardi 10 avril
Aujourd’hui, journée d’émotions fortes pour moi!!! Pendant notre voile, nous avons vu sur une île des lions de mer. Nous avons pris le zodiac pour s’approcher de l’ile, j’avais envie de les prendre en photos. On s’approchait et un groupe de lions de mer est sauté à l’eau pour nous encercler. J’avais un peu peur mais on était quand même loin de l’île avec Corinne qui conduisait le zodiac. Brice nous criait d’approcher à partir du voilier et Corinne ne voulait pas alors nous sommes revenus au voilier et nous avons changé de conducteur. Corinne, Claude et Céline sont débarqués et je suis restée dans le zodiac avec les gars….Je voulais les voir de proche! Ouf! J’en ai eu pour mon argent encore!!  Brice s’est approché à 2 mètres de l’île. Il aurait aimé accoster. Les lions de mer paniquaient et criaient, grognaient…J’ai eu peur! Je disais à Brice de reculer mais il restait là, calme, il a coupé le moteur! Je me disais que si nous avions à partir vite, on était fait! Les lions de mer nous observaient et ils protégeaient leur territoire mais ils se sont habitués à notre présence et sont devenus plus calme. Brice voulait les faire bouger, il s’est mis à taper dans les mains et à leur dire : » Allez les filles!!! Ils se sont excités à nouveau. Je voulais revenir au bateau en titi! Je me disais que s’ils chaviraient le zodiac, nous n’avions aucune chance contre 300 lions de mer enragés. Ensuite, il a reparti le moteur, j’étais soulagée, je me disais que nous retournions au voilier! Ben non! Il approchait avec le zodiac de la plage. Il y avait un groupe de lions de mer sur des rochers, il a avancé à toute vitesse vers les rochers, j’étais la première en avant et il a stoppé juste en avant du rocher, il y avait un gros lion de mer qui ne savait pas quoi faire, plusieurs ont sauté à l’eau mais lui est resté là à me regarder. J’ai eu peur qu’il saute dans le zodiac. Ce fut la fois où j’ai eu le plus peur du voyage mais je suis contente d’avoir vu ça. Ma mère m’avait offert avant de partir un outil qui fait une lampe de poche, un feu de détresse et, le plus drôle, une partie pointue métallique et elle m’avait dit que c’était pour tuer un phoque s’il m’attaquait!! Je n’ai pas de l’imagination pour rien! Je l’avais amené dans le zodiac pour prendre une photo devant les lions de mer pour maman. J’ai finalement pensé qu’il pourrait m’être utile mais que je ne devais pas manquer mon coup car eux ne me manqueraient pas! J’avais peur mais je trippais aussi! Quelle aventure!
Nous nous sommes ensuite rendus dans la Baie où nous allions passer deux nuits. C’est la Caleta Ferrari dans la Baya Yendegaia. Brice à un ami qui habite ici avec sa femme. C’est un authentique gaucho chilien. Ils vivent seuls ici. Il dresse des chevaux sauvages. Nous avons été prendre une grande marche dans la montagne. Encore une fois, je trouve que c’est le plus bel endroit au monde!! Il y avait un beau soleil et il faisait chaud. Le paysage est indescriptible! Je ne tenterais même pas de vous le décrire cette fois ci !  Chaque jour je découvre des paysages plus beaux que la veille!

Mercredi 11 avril
Une journée merveilleuse. Nous avons été faire de l’équitation sur les chevaux sauvages dressés par le gaucho. Ils obéissent au doigt et à l’œil! J’avais une belle petite jument blanche très docile. Elle était belle et je l’adorais! J’avais envie de l’amener à la maison!!! Je veux un cheval!! Nous avons fait une grande balade d’au moins trois heures dans un paysage de carte postale! Je me sentais comme dans un western américain! Nous avons dû traverser des rivières à quelques reprises avec les chevaux. La première fois, j’ai eu un flashback d’un épisode de la petite maison dans la prairie quand Charles Ingalls tente de traverser une rivière avec sa carriole!  J’ai vu trop de films j’pense! On a escaladé et redescendu une montagne avec le cheval. La pente était très abrupte. C’était le défi de la journée! Brice nous a expliqué comment se tenir à cheval quand il monte et quand il descend la montagne. C’était impressionnant d’en bas mais les chevaux savent bien ce qu’ils font et une fois dans la pente avec le cheval, ça allait bien. C’était encore une fois merveilleux.
Le soir, nous avons fait un « asado », un bbq chilien. Il faut que je vous avoue ici qu’on a dû manger Edouardo! Un passager clandestin du voilier! On trainait depuis deux semaines un mouton attaché à un poteau! Il commençait à faire dur et à sentir mauvais! Je sais qu’il faut faire vieillir la viande mais il me semble qu’il y a des limites! C’était très, très rudimentaire chez le gaucho. Il a fait de la braise, attaché le mouton à un poteau qu’il a mis près du sol, à côté de la braise au lieu d’au-dessus comme chez nous. Il a fait une petite marinade très piquante. Il badigeonnait avec un gros bouquet de branches de menthe le mouton avec sa marinade et ajoutait du sel et des épices secrètes. Il y avait aussi du poisson pêcher la journée même, des patates dans la braise, une salade… Les chiens se promenaient partout autour du feu et de la viande. Sa petite maison était tellement pauvre, même ma grand-mère dans les années 20 avait beaucoup plus que ça. Cela m’a impressionnée!

Jeudi 12 avril
Aujourd’hui nous avons fait une quarantaine de miles nautiques pour revenir à Puerto William d’où je vous envoie ce message. 

Posté par ferly à 17:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 6 avril 2012

On a passé le Cap Horn!! :)

Voilà, j'ai un peu d'accès internet... je m'essaie d'emvoyer mon journal de bord... tout va bien... je suis dehors et l'accès manque des fois... alos... A+ Chantal XXX

Jeudi 29 mars

Visite d’Ushuaia.  Nous avons visité le parc national et nous sommes arrivés au bout de la route du bout du monde…  nous pourrons visiter le reste en voilier car il n’y a plus de route!  Ce soir nous rencontrons l’équipage : Brice, Julie et Corinne.  Nous soupons sur le voilier, un délicieux poisson, nous ferons notre premier dodo à bord dans une petite chambre minuscule.  Nous apprenons que l’horaire proposé était à titre indicatif alors la famille et les amis qui suivent l’horaire, vous allez voir que celui change… au gré du vent! J 

Vendredi  30 mars

Nous sommes partis en voilier pour Puerto William, une petite ville chilienne où nous devrons faire notre inscription au Chili.  Nous sommes en Argentine depuis le début du voyage mais celui-ci se déroulera en sol chilien.  Nous nous sommes déplacés à moteur car il n’y a avait pas de vent.  C’est vrai qu’ici on vit toutes les saisons la même journée : il fait soleil, il vente, il fait froid, il y a du brouillard, il tombe une petite pluie alors on voit souvent des arcs-en-ciel…Le temps change très rapidement.  Il y a une belle diversité de la faune.  Nous voyons souvent des manchots de Magellan, des cormorans,  des otaries.  Arrivés aux douanes de Puerto William, nous avons vu la proue d’un bateau chilien, le Yelcho, qui possède une histoire extraordinaire. Ce bateau a fait le sauvetage des hommes de Sir Ernest Shackleton lorsque son bateau, l’Endurance, a été pris dans les glaces pendant une expédition scientifique en Antarctique.  Ernest Shackleton a laissé 14 hommes et il est partit avec 4 autres chercher du secours.  Il a traversé à pied la Georgie du Sud, il a réussi à trouver du secours  et après un an, il est revenu chercher ses hommes!.  Tous ont survécu.  Ce qui est triste dans l’histoire est que ces hommes, une fois revenus en Angleterre, ont été envoyés à la guerre et la plupart y sont morts !

Samedi  31 mars

Départ pour venir dans la baie pour passer la nuit à Caleta Martial.  Journée complète de navigation, 11 heures en tout car nous devons passer le Cap Horn avant la mauvaise température annoncée pour lundi.  La journée  a commencé doucement avec le moteur  car il n’y avait pas de vent.  Nous avons eu le spectacle magnifique de dauphins qui s’amusaient à faire la course avec le voilier.

 En sortant d’un canal en après-midi, surprise, il y avait des vents de 30-35 nœuds avec  des pointes à 40 nœuds ainsi que des vagues croisées.  Cela a donc « brassé » énormément sur le voilier et trois personnes ont été malades.  C’était très intense!   Mes amis savent que j’ai une intolérance à voir du vomi.  J’utilise la même politique d’urgence lorsqu’un élève vomi dans la classe quand cas de feu, l’évacuation! J Ce fut pénible! Je me suis dit que cela devait être comme une thérapie de désensibilisation!!  De plus, il faisait très froid, je gelais et je ne pouvais entrer à l’intérieur du voilier pour me réchauffer car  c’est préférable de rester à l’extérieur, au vent, quand le bateau gite beaucoup. Les vagues venaient lécher les rails de fargue.  C’était très agité!  Une autre expérience nous attendait pour compléter cette journée mouvementée, en arrivant dans la Baie de Scourfield, il y a eu une bourrasque de vent, en bordant la grand voile, j’ai entendu un bruit de déchirure,  j’ai vu, à mon grand désarroi, la voile se déchirer en haut du deuxième ris de la chute vers le guindant.  Rapidement, le capitaine a appelé son équipage qui a tout replié avec efficacité.  J’étais inquiète et je  me demandais si ce bris était pour compromettre notre passage du Cap Horn prévu le lendemain. Nous avons poursuivi au moteur et jeter l’encre dans la baie. Quelle journée!

Dimanche 1 avril

Grande journée!  On franchit le Cap Horn aujourd’hui!!!  Le soleil est de la partie dès le  réveil.  Je le vois comme un heureux présage!  On a changé la voile pour une deuxième voile de tempête, heureusement qu’il y en avait une pour nous dépanner!  Au début nous avons eu des vents de 25 à 30 nœuds.  C’était une belle température pour la voile.  Beau soleil.  Au départ, nous étions protégés entre les terres.  Nous nous sommes dirigés vers l’ile de Horn, que nous avons contourné d’est en ouest.  Nous en avons fait le tour.  En arrivant à la pointe sud, il y a eu un grain qui est passé et une petite tempête avec des vagues de 3 mètres.  Le vent était de 30 à 40 nœuds.  Cela a rapidement passé et le soleil est revenu mais malgré celui-ci, il fait très froid.  Les vents  étaient parfaits pour nous permettre de passer le Cap Horn cependant il y avait trop de vagues pour nous permettre de descendre à terre sur le Cap Horn.  C’est impressionnant de voir ce rocher et de penser à tous les naufrages qu’il y a eu autour de ce rocher là!  Nous étions au 56 ème degré parallèle, à la jonction du Pacifique et de l’Atlantique, nous avons chevauché les deux océans!  Nous étions à 400 miles nautiques du pôle Sud.  Après l’avoir  franchit, le champagne a été débouché avec joie à bord.  J’étais émue et je me disais que c’était incroyable que je sois là, au bout du monde, moi qui viens de découvrir la voile. Je me suis dépassée et je suis fière de moi.  Nous sommes revenus sur nos pas pour jeter l’encre à la Coleta Martial pour passer la nuit.

Lundi 2 avril

Nous partons pour  la Baie Orange. Nous avons fait 6 heures de voile.  Nous avons navigué au près serré.  Le capitaine prévoit des vents du nord.  Ici, ce sont les vents chauds ceux du nord car ils viennent des terres!  C’est au sud qu’il fait froid! J  C’était une très belle journée de voile avec des rayons de soleil occasionnels.  Nous avons mis de la musique et admirer les montagnes.  Le matin il y avait du brouillard et le paysage avait l’air mystérieux et lugubre.  C’était impressionnant.  Nous allons visiter  cette île qui a aussi une histoire intéressante. Une base scientifique française s’y était établie pendant un an en 1882.  Ils y étaient pour vérifier les conditions climatiques du sud.  Demain nous visiterons l’île et essayerons de découvrir des vestiges de cette mission.  Des pêcheurs chiliens ont jeté l’encre à côté de notre voilier.  On a fait du troc avec eux.  Nous avons échangé des bouteilles de vin et des cigarettes contre oursins, des poissons et des coquillages « loco ». Ils ont vidé les coquillages avec dextérité et mis le mollusque dans un filet.  À ma plus grande surprise, ils se sont mis à faire tournoyer le filet au-dessus de leur tête et à frapper le pont du bateau avec le filet.   Ils frappaient les mollusques pour les attendrir!!  Méchant spectacle!

 

Mardi 3 avril

Nous partons visiter l’île.  Nous apportons un pique-nique et allons escalader les montagnes.  Le paysage est super beau.  On dirait qu’on est sur une autre planète.  La végétation  ressemblait à de la toundra.  Le sol était hyper spongieux et couvert de plantes couvre-sols comme de la tourbe de sphaigne, les arbres ressemblaient à des bonzaîs.  En marchant, nous nous disions que c’est bon pour les articulations ce sol, c’est comme avoir des semelles de course qui absorbent les chocs.  En marchant, je pensais aux indigènes qui habitaient ici.  Les espagnols avaient appelé le secteur la terre de feu car lorsqu’ils sont arrivés ils voyaient de la fumée sur l’île.  C’était une tribu très démunie.  Ils vivaient nus au grand froid sur une terre hostile sans nourriture sauf ce qui vient de la mer.  Ils ne se construisaient que de petites huttes et se déplaçaient entre les îles.  Les français en ont ramené en Europe dans un jardin zoologique!  Ils ont été décimés par les maladies. J’ai lu un livre à bord sur ces indigènes et c’était très triste.

On a monté les montagnes pour redescendre de l’autre côté de l’île où le skipper doit venir nous rechercher avec le zodiac.  Il devait venir vers 17h00 nous chercher et à 15h00, nous étions rendus.  Nous avons donc décidé de longer l’île sur la plage pour qu’il nous retrouve mais il y avait plein de baies.  On a dû escalader des parois rocheuses car il n’y avait plus de rochers pour marcher à certains endroits. On a fait des cascades en peu périlleuses.  Vers 17h00, on a vu au loin le zodiac passé tout droit!  J’ai réalisé qu’on avait pas d’allumettes, que j’aurais dû apporter le super cadeau de ma mère qui fait une lampe de poche, un feu d’urgence et  une arme qui peut tuer un phoque!  J’ai pensé qu’on pouvait être mal pris, sur une île, au bout du monde!  On a marché encore et il nous a finalement retrouvés!   Nous sommes tous montés dans le zodiac et là encore, j’ai eu une petite frousse, sans ceinture de sécurité, les vagues, l’eau froide… Nous nous sommes rendus dans la baie où le commandant Martial avait monté un site d’observation scientifique.  Nous cherchions un endroit dans les rochers où ils avaient écrit le nom de leur bateau, la Romanche.  Nous l’avons trouvé!  Je me sentais comme une exploratrice!  Nous cherchions autour des vestiges de leur campement et nous sommes tombés sur des sacs de filet de pêche (je dois vous en parler car il y a une suite à cette découverte…).  C’était notre première journée d’exploration sans faire de voile.

Mercredi 4 avril

Nous devons partir pour l’île Lennox .  Nous avons une journée de navigation qui nous attend.  Le levée de soleil est fantastique!  Je prends des photos et le skipper me dit qu’il me confit une mission!! Je dois partir avec Julie, un des membres de l’équipage.  J’embarque avec elle dans le zodiac et nous partons.  Je suis toute centente une mission en terre de feu! JLa luminosité est fantastique.  Il fait beau et je suis contente d’être là.  Je demande à Julie où on va.  Elle me dit qu’on retourne dans la baie, sous l’inscription de la Romanche pour chercher les filets qui y étaient cachés!  J’ai appris que ce sont des filets pour pêcher le centolla (genre de crabe géant), il est illégal de les pêcher au filet,, c’est pourquoi ils sont cachés car  si les pêcheurs se font prendre, ils paient une amende.  Notre skipper veut les avoir.  Ils sont super lourds.  Nous accostons le zodiac Julie et moi et allons voler des filets de contrebande cachés! J Quelle aventure!  On travaille fort pour les transporter au zodiac.  Je n’en reviens pas!  Je suis au bout du monde à prendre des filets de contrebande!!!  Ensuite, nous partons à la voile pour un bon 7 heures.  Au début c’est mollo mais ensuite on a eu des vagues de 3 mètres.  Denys était à la barre et je voyais les vagues à l’arrière plus hautes que lui.  Le zodiac attaché montait vraiment haut dans les airs.  Nous avons eu une vitesse de 10-11 nœuds. Encore une journée de percées de soleil, pluie, nuages, arcs-en-ciel… J’avais encore très froid malgré mes quatre couches de vêtements!  On se fait mouiller et une fois trempée, le vent froid nous frigorifie!  J’avais hâte de rentrer à l’intérieur me réchauffer!  La mer était super belle.  On surfait sur les vagues.  J’adore ça… c’est juste dommage d’avoir froid. 

Jeudi 5 avril

On visite l’île Lennox.  La végétation y est beaucoup plus belle que l’autre île que nous avions marché.  Il y a beaucoup d’arbres mais ils poussent croches poussés par les vents forts qui soufflent constamment sur l’île.  On prend une belle marche.  Les plages sont magnifiques.  Au début il pleut mais le ciel se dégage.  Sur les plages il y a différents galets que je ramasse pour rapporter chez nous. Mon skipper, suite à la réussite de ma mission d’hierJ, me demande de trouver des pointes de flèche des autochtones.  Nous avons tellement rit à la suite de ma mission en terre de feu qu’il veut me confier un défi par jour.  J’ai  trouvé une pointe de flèche et réussit ma mission! Je suis certaine que c’est une vraie! Il y avait plein de vies sur ses îles auparavant. Je trouve ça dommage les histoires des tribus d’ici.

Sur l’île, il y a une maison avec un gardien chilien et sa famille qui vivent ici, complètement isolés, pour une année.  Ils font le contrôle maritime du territoire chilien. Ils sont heureux d’avoir de la visite et nous offre d’entrer prendre un café et une collation.  Dès qu’on revient au voilier, c’est le départ.  La journée est belle.  Le vent souffle fort dans les voiles.  On l’entend siffler joyeusement.  La mer est belle et le soleil brille.  J’aime la mer d’amour et je ne me lasse pas de la contempler.  Aujourd’hui on prend les vagues de côté, si hier on faisait du surf, j’ai l’impression qu’aujourd’hui on fait du rodéo! J  On reçoit des vagues de côté qui viennent laver le pont.   C’est tout un après-midi de voile!  Le voilier gite à 35-40 degrés et on a des rafales de vents de 50 à 60 nœuds!  J’aime cette sensation! J  Je dis à Corinne que j’en ai pour mon argent!!  Mais, encore une fois, mouillée par les vagues et la pluie, le vent glacial fait son œuvre.  J’ai les doigts engourdis par le froid ainsi que les orteils, je vais m’habiller mieux demain!  Après que je sois rentrée pour me réchauffer, il y a eu des trombes d’eau( l’eau était aspirée en tourbillon comme une mini tornade de  force 10 et dire que moi je lisais à l’intérieur, je n’étais vraiment pas nerveuse)et tous ont été joyeusement arrosés!  J’ai l’impression maintenant que j’ai 3 catégories de vêtements, ceux humides, trempés ou dégoulinants!  C’est difficile faire sécher nos choses dû à l’humidité du bateau.  C’est toute une aventure!  On mange le centolla avec une mayonnaise à l’ail et une salade, le tout bien arrosé! J  La cachette de vin rouge est sous nos couchettes, maintenant, je la connais! ;)  Nous avons mouillé à la caleta Margarita.

Vendredi 6 avril

Nous partons pour retourner à Puerto William.  Il y a un club nautique où nous pourrons prendre notre douche et laver nos cheveux!!!   Enfin!  On apprécie beaucoup plus notre confort quand on a manqué.  On garde nos combines de laine jour et nuit!  Vive « Ice breaker », ça marche bien! J

 Le paysage est spectaculaire en venant ici.  Le soleil brille.  On voit les montagnes couvertes de neige.  C’est beau… mais frette en mautadit!!!  Je vous écris ce petit mot les doigts encore gelés.  Je vais pouvoir l’envoyer car il y a un accès internet au port.  Cette nuit nous allons naviguer sous les étoiles et la pleine lune à tour de rôle en équipe.

Nous allons dans les canaux.  On devrait avoir de la mer plus calme. J

 

 

Posté par ferly à 13:59 - Commentaires [3] - Permalien [#]

mercredi 28 mars 2012

Nous sommes arrivés au bout du monde au bout du monde!!!! :)

DSC_0160DSC_0164DSC_0171DSC_0173DSC_0181DSC_0182

Salut tout le monde!

Nous sommes à Ushuaia!  La ville la plus australe du monde!  Incroyable!  Je ne peux pas croire que je suis ici, la tête en bas! Je vous confirme qu'ici, l'eau tourne dans le sens contraire à chez nous!  Je suis vraiment contente.  Nous avons dîné dans un bistro typique où ils servent la bière le Cap Horn.  Toute la publicité de la ville se fait beaucoup sur le bout du monde et les pingouins, il y en a partout... à vendre en souvenir!  J'espère en voir des vrais.  Demain, nous embarquons sur le voilier en après-midi, nous dormirons au port et partirons à la voile le surlendemain.  Je ne crois pas que j'aurai d'accès internet en mer.  Il y a le site du voilier, le podorange, une partie "journal de bord" est supposé donner des nouvelles du voilier en mer, mais il n'est pas à jour.  De plus, nous tenterons de faire un "spot" avec un outil qui donne notre position, s'il fonctionne, ce sera à suivre....

à bientôt,

 

Chantal XXX

Posté par ferly à 18:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Buenos Aires, ville des contrastes

DSC_0140DSC_0142DSC_0127DSC_0132

Re-bonjour,

Le réseau est lent mais j'ai réussi à mettre des photos.  Buenos Aires est une ville où on voit de tout!  Il y a des secteurs très riche et très pauvre. 

Posté par ferly à 07:16 - Commentaires [1] - Permalien [#]


El tango!

Salut!

Nous avons été à un super beau souper-spectacle de tango hier soir.  Il y avait un cours de tango avant le souper et ça m'a donné le goût!! :)  J'ai quasiment un talent naturel! :)  En après-midi nous avons visité la ville et j'ai vu la grosse fleur mécanique qui s'ouvre le matin et se ferme le soir.  Elle fonctionne à l'énergie solaire.  Nous attendons notre avion pour aller à Ushuaia.

Bonne journée,

Chantal XX

 

 

Posté par ferly à 07:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 27 mars 2012

visite de Buenos Aires

DSC_0105DSC_0097DSC_0092DSC_0087

Nous avons fait un tour guidé de la ville hier.  Mon quartier préféré a été la Boca.  Un vieux quartier de travailleurs qui réparaient les bateaux.  Ils utilisaient les restes de peinture et de bois pour construire leur maison.  Ce soir on va voir un beau souper-spectacle de tango. :)

Posté par ferly à 10:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 25 mars 2012

On est arrivé à Buenos Aires!!! :)

Tous nos vols ont super bien été.  Nous avons fait une deuxième escale à Santiago au Chili. En survolant le Chili nous avons vu la cordillière des Andes, c'était impressionnant! 

Nous sommes à l'aéroport et nous attendons présentement de partir vers notre hôtel, un Best Western au centre ville.  Nous avons bien dormi dans l'avion et le nourriture était... correcte! :)  J'ai été chanceuse, j'avais un banc libre à côté de moi.  J'ai pu m'étendre pour dormir, avec un vol de 13 heures, c'est l'fun!

On a regardé 2 films, Tintin et Monsieur Popper et les manchots.  Les manchots étaient tellement cutes!!! J'ai envie de m'en rapporter un!

J'ai hâte de visiter la ville!  On passe 3 jours ici, mercredi le 28, nous partons pour Ushuaia.

bisous à tous,

Chantal

Posté par ferly à 14:59 - Commentaires [3] - Permalien [#]

samedi 24 mars 2012

Salon V.I.P.!! :)

photoLa gang de Cap Horn à l'aéroport!  Nous sommes rendus à Toronto dans un salon V.I.P... toutes les boissons comprises... grâce à une copine du groupe!!! Yé!!!!  On attend notre deuxième vol... à minuit... ;)

Posté par ferly à 20:11 - Commentaires [2] - Permalien [#]

À vaincre sans périls, on triomphe sans gloire...

Voilà!  Nous partons dans une dizaine d'heures, si les employés d'Air Canada ne font pas la grève!!!  J'ai hâte, je suis excitée,j'ai un peu peur aussi.  C'est certain que la rencontre de deux océans, ça doit brasser!  Mais je suis contente aussi que ça brasse, sinon, il n'y aura rien à raconter! :)  J'ai vraiment hâte!  Quel voyage!  Je me demande dans quoi je me suis embarquée et je ne tiens plus en place!  Go!  Je vais finir mes bagages!!!!!!!!

bisous les amis!

Chantal

 

 

Posté par ferly à 08:36 - Commentaires [1] - Permalien [#]